Le yoga n’a plus aujourd’hui cette image un peu désuète d’activité exotique pratiquée par des babas cool n’étant jamais redescendus d’un voyage à Katmandou dans les années 1970, fort heureusement. Bien au contraire, la pratique du yoga s’est développée auprès de publics divers pour des motivations variées mais toujours dans une démarche de recherche de « mieux-être ». Les résultats sont-ils au rendez-vous ?

Le yoga au chevet des corps âgés

Après une vie de travail, le corps n’est plus aussi tonique qu’à 20 ans, il a parfois souffert ou a été délaissé. Une fois la retraite arrivée, enfin vient le temps de se tourner vers soi, de fuir les tensions de la vie actuelle afin de trouver un répit au sein du tumulte quotidien dans lequel on a tendance à se laisser emporter.

Pour ne pas violenter son corps tout en l’entretenant, un senior va se tourner vers des activités plus douces telles que la marche nordique, la randonnée, par exemple, et puis vers des pratiques physiques qui associent une dimension spirituelle, comme le qi gong, le tai-chi-chuan, la méditation ou encore, le yoga, bien sûr.

Cette technique du corps qu’est le yoga permet une révélation possible de soi, c’est-à-dire reprendre chair dans son existence, sentir le monde par le corps, prendre conscience de son environnement, de sa propre existence, hors du matérialisme, de la vitesse, de l’obligation de performance imposés par la société. Cette pratique partagée avec d’autres correspond à un engagement, elle implique ceux qui l’exercent, ce n’est pas un isolement dans une bulle mais une « sagesse active » qui sied parfaitement aux seniors.

Le yoga, une sagesse active

Avec le yoga, on décroche des soucis du quotidien durant la pratique, pour s’offrir une plongée en soi permettant de découvrir son corps sous un autre jour, et d’effacer au fur et à mesure les maux liés au manque d’exercice, grâce à la mobilisation de ressources inconnues jusqu’alors. Une alchimie entre le mouvement et la contemplation, l’effort et la pensée, l’attention aux exercices et l’intériorité, se produit : la recherche d’une intensité d’être et de relation physique au monde fait écho à l’immobilisation croissante du corps.

La performance physique ne correspond pas aux principes du yoga, il n’y est jamais question de se faire mal mais d’écouter son corps. La posture de yoga sur la tête, Sirsasana, ne sera pas acquise du jour au lendemain, et ce n’est pas le but. Peut-être n’y parviendrez-vous jamais, ce n’est pas grave du tout car ce n’est pas ce travail sur le corps qui est recherché.

Un rapport au monde différent

Le yoga, par le travail sur le corps et les techniques de respiration associées transforme progressivement le rapport au monde. La vie n’est pas qu’un chemin parsemé de pétales de roses, ou alors, des embûches s’y rencontrent, et lorsqu’on affronte ces périodes délicates qui peuvent être la retraite ou la maladie par exemple, le yoga aide à trouver la place pour un recommencement, la création d’une enveloppe de sens autour de soi. C’est une façon de travailler sur soi qui passe par la personne dans son ensemble.

Pris sous son angle spirituel, le yoga ne remplace pas le recours parfois nécessaire à la psychothérapie, mais il s’inscrit comme une pratique complémentaire bénéfique.

Laisser un commentaire

Souscrire à la Newsletter

Yoga6bis © Tous droits réservés