le yoga aide face à la dépression

Yoga pour la dépression :

une pratique intégrée

 

Quiconque a souffert de dépression comprend à quel point la tristesse ou l’inutilité profonde et durable peut s’infiltrer et affecter tous les aspects de notre être. Notre constitution psychologique, notre santé physique, nos perspectives mentales et même notre capacité à interagir avec nos amis et notre famille et à être présents au monde qui nous entoure peuvent être profondément ébranlés. Pourquoi? Parce que nous nous identifions et nous attachons à des choses qui changeront inévitablement. Alors que nos sentiments et autres symptômes de dépression persistent, nous avons de plus en plus de mal à imaginer une vie dans laquelle nous nous libérerons de leur charme et éviterons de « devenir » eux. Le yoga nous enseigne que nous ne sommes pas nos sentiments ou nos symptômes mais que nous vivons en relation multidimensionnelle avec eux. Une façon de saisir ce paradoxe est de se représenter le Soi (purusha ou conscience pure et indifférenciée) comme imprégnant les neuf sphères d’influence imbriquées et interdépendantes sans être aucune d’entre elles. Les trois premières sphères correspondent à nos humeurs, pensées et comportements et, là où elles se chevauchent, à notre sens de soi ou svabhava. Ces sphères affectent profondément – ​​et sont affectées par – notre mémoire, le conditionnement inconscient, et par la quatrième sphère, notre physiologie, en particulier notre système nerveux autonome (ANS). Les cinq sphères restantes représentent notre anatomie et nos relations avec la famille, la société, le monde et le cosmos tout entier.

depression et yoga

ÉQUILIBREZ VOTRE PHYSIOLOGIE

La dépression a tendance à nous frapper à tous les niveaux de notre être, souvent en même temps, ce qui fait du yoga l’antidote parfait pour les ramifications physiques, les sautes d’humeur, les pensées et les comportements qu’elle engendre. D’un point de vue physiologique, la dépression affecte tout le corps, y compris les systèmes digestif, respiratoire, hormonal et cardiovasculaire. Le principal impact de la thérapie par le yoga sur notre physiologie se fait via les fonctions sympathiques et parasympathiques du SNA. La dépression crée un état de dérégulation sympathique/parasympathique, qui a un impact supplémentaire sur ce que nous ressentons, ce à quoi nous pensons et notre comportement.

Le système nerveux sympathique régit les fonctions impliquées dans la réaction de combat-fuite-ou-gel et est activé lorsque nous percevons un danger. Le système nerveux parasympathique régit les fonctions impliquées dans la réponse repos et digestion ou repos et repos et est activé lorsque nous sommes au repos.

Bien que certains types de dépression incluent une activation sympathique (sentiments d’agitation ou d’anxiété), lorsque les gens deviennent déprimés, ils éprouvent le plus souvent un état de suppression sympathique. Ils peuvent présenter des symptômes physiologiques tels que fatigue, léthargie, troubles du sommeil, troubles gastro-intestinaux et/ou diminution de la libido ou du sentiment de plaisir.

Pratiquer des asanas avec une respiration adaptée, des techniques de pranayama et une relaxation guidée aidera à équilibrer le système nerveux. Par exemple, faire des postures debout et des flexions arrière en mettant l’accent sur le mouvement – au cours desquelles vous allongez progressivement l’inspiration et l’expiration et retenez doucement le souffle à la fin de l’inspiration – activera la réponse sympathique et dynamisera le système.

STABILISEZ ET AMÉLIOREZ VOS HUMEURS

La façon dont vous réagissez émotionnellement à ce qui se passe autour de vous et en vous est influencée par les souvenirs conscients et le conditionnement inconscient, ainsi que par vos pensées, votre comportement et votre physiologie. Lorsque vous devenez déprimé, il n’est pas rare de ressentir de la tristesse, du chagrin, du désespoir, du vide, de l’impuissance, du désespoir ou de la honte.

Les anciens utilisaient la méditation, le chant, le mantra japa, la prière, la bonne relation et la bonne association pour élever l’humeur. Le mantra japa – l’un des outils yogiques les plus puissants pour ce niveau, avec le pranayama – met l’accent à la fois sur la signification des mantras (artha) et sur les sentiments ou attitudes qu’ils engendrent (bhava). Traditionnellement, un enseignant qui vous connaît bien choisirait un mantra particulier avec lequel vous travaillerez. Si vous n’avez pas de professeur, vous pouvez commencer par choisir un mantra ou un symbole qui vous emmène au-delà de vos distorsions de pensée, améliore votre humeur, vous connecte à des sources d’inspiration et de sentiments positifs et vous éloigne de la solitude ou de l’isolement.

La compagnie que vous fréquentez, les activités auxquelles vous participez et les valeurs que vous défendez ont également un impact profond sur votre humeur. Ainsi, les pratiques pour cette sphère comprennent la culture des bonnes associations – ce que les yogis appellent sangha ou satsangha – et des relations justes, qui peuvent vous orienter vers des personnes et des choses qui sont plus significatives, édifiantes et positives, et nourrir des sentiments d’amour et de joie, de tolérance, la compassion et la générosité d’esprit.

ÉVEILLEZ L’INTELLIGENCE
Lorsque vous vous sentez déprimé, votre esprit peut faire des ravages sur votre humeur et votre comportement, ainsi que sur votre physiologie. La dépression obscurcit votre image de soi – les histoires que vous racontez sur vous-même, la façon dont vous interprétez les événements qui se produisent autour de vous. Une faible estime de soi, de la culpabilité, des regrets, un sentiment de futilité, d’apathie et de pessimisme imprègnent vos pensées et vous vous retrouvez coincé dans une spirale autodestructrice.

Développer la capacité de maintenir une attention focalisée (concentration en un seul point) est nécessaire pour maîtriser votre esprit et créer une stabilité mentale. Une fois que vous pouvez maintenir une concentration sur un point, utilisez des formes de méditation plus profondes telles que vichara (enquête), svadhyaya (réflexion sur soi) et pratipaksa bhavanam (recadrage cognitif) pour développer la discrimination et la sagesse et réveiller votre intellect.

Vous pouvez également trouver l’inspiration ou la perspicacité en étudiant des textes sacrés ou en vous tournant vers tout écrit qui vous inspire, ou par un engagement renouvelé envers votre foi. Grâce à la méditation et à l’étude, il est possible de retrouver un sens et un but et de trouver une perspective plus large sur la vie, ce qui est essentiel pour guérir et libérer l’esprit.

CONSTRUIRE LA VOLONTÉ

Être déprimé peut souvent modifier radicalement la façon dont vous agissez envers vous-même et envers les autres. Il n’est donc pas rare de se désintéresser des activités quotidiennes (la sphère comportementale) et d’arrêter de prendre soin de soi physiquement ou de s’isoler des amis et des obligations sociales. Cultiver la détermination, renforcer la volonté, établir et activer l’intention sont les pierres angulaires de la pratique du yoga et peuvent vous aider à surmonter les habitudes et les comportements dysfonctionnels qui peuvent vous paralyser et vous maintenir déprimé.

Pour commencer, un yogathérapeute peut suggérer des pratiques spécifiques (sadhana) qui mettent l’accent sur la discipline, le contrôle des impulsions et la maîtrise de soi. Une telle sadhana peut inclure ce que les yogis appellent tyaga ou renoncement sélectif, s’abstenir de quelque chose que vous faites habituellement afin de vous libérer de tout attachement. Vous pouvez commencer par abandonner quelque chose dont vous savez qu’il n’est pas bon pour vous, comme manger de la malbouffe, ce qui devrait vous donner l’assurance que vous pouvez surmonter vos habitudes. Mais en fin de compte, pratiquer le tyaga signifie renoncer de manière sélective à quelque chose auquel vous êtes attaché, même si ce n’est pas mauvais pour vous, comme les aliments que vous mangez pour vous divertir plutôt que pour vous nourrir. Cette pratique renforce votre volonté et vos intentions, les rendant plus fortes que vos habitudes.

La création d’une forme de rituel quotidien – quelques minutes d’exercices de respiration ou une promenade matinale dans le quartier – ainsi qu’un service désintéressé peuvent vous sortir davantage d’un état dépressif. Faire quelque chose, aussi petit soit-il, pour vous-même et/ou pour les autres, peut générer et libérer de l’énergie positive et vous mettre sur la voie de la plénitude.

FAIRE LE PREMIER PAS

Chacune de ces quatre sphères – humeur, pensées, comportement et physiologie – est profondément affectée et guidée par nos souvenirs et notre conditionnement inconscient. S’engager dans la pratique personnelle nous aide à nous libérer du voyage tordu des pensées, des sentiments, des désirs, des conflits, des distractions et des comportements habituels et dysfonctionnels qui dissipent notre énergie et nous maintiennent enfermés dans la dépression. Comment? En purifiant la mémoire et en ramenant les impressions et les impulsions inconscientes qui nous animent au niveau de l’esprit conscient. Lorsque nous pouvons voir clairement nos schémas, les ressentir, les expérimenter comme modifiables et impermanents, nous faisons le premier pas pour nous libérer de leur influence. La purification de la mémoire est l’effet combiné de tout le travail effectué dans les quatre sphères grâce à une pratique intégrée, qui englobe bien plus que ce que nous expérimentons généralement en faisant des asanas sur notre tapis de yoga. Une telle pratique comprend tout ce que nous faisons pour prendre soin de nous-mêmes : se promener dans la nature, rendre un service désintéressé, se connecter avec des amis, même aller travailler ou nettoyer la maison.

Purifier la mémoire ne signifie pas développer une amnésie sélective. Cela signifie que nous apprenons à voir les choses telles qu’elles sont sans réagir ni les mal percevoir. Une pratique intégrée comme celle qui suit, dans laquelle la respiration, le son, le sens et les sentiments sont liés par l’asana, le pranayama, la méditation et le mantra japa peut vous aider à exploiter et à diriger toute votre énergie vers une transformation profonde et durable à tous les niveaux de votre vie. Votre être.

UNE PRATIQUE INTÉGRÉE POUR LA DÉPRESSION

Cette séquence fonctionne à plusieurs niveaux en utilisant les asanas, le pranayama, le chant et la méditation mantra. Les asanas ici se concentrent sur la respiration plutôt que sur la forme. Cette pratique «centrée sur la respiration» vous permet d’avoir un impact direct sur votre physiologie, plus particulièrement sur le système nerveux autonome (SNA), en équilibrant les réponses sympathiques et parasympathiques.

L’inhalation dans cette pratique met l’accent sur l’expansion de la cavité thoracique et de la cage thoracique. Cette méthode d’inhalation, contrairement à la respiration qui commence dans le ventre, active plus directement la réponse sympathique, qui génère de l’énergie et réveille le système, utile pour toute personne souffrant de dépression. Certaines postures utilisent antah kumbhaka, ou rétention du souffle, après l’inhalation, ce qui augmente son effet énergisant. Lorsque vous pratiquez la rétention, sentez vous comme si vous inhaliez toujours – plutôt que de serrer comme une cocotte-minute – et prolongez légèrement le mouvement qui se produit lors de l’inhalation.

Cette pratique met également en évidence le pouvoir du chant et de la méditation introspective, tous deux faisant partie intégrante du yoga traditionnel et des traditions tantriques. Le chant utilisé, Om jyotir aham, signifie « Je suis la lumière de la pure conscience ». Alors que des techniques de respiration spécifiques dans les asanas et le pranayama ont un impact direct sur la physiologie, le chant et la méditation ont une forte influence positive sur votre humeur, votre concept de soi et votre comportement. Faites tout le chant sur une seule expiration. De plus, faites attention à la relation entre le flux de la respiration et le mouvement de votre corps. Bien que l’accent soit mis sur la respiration et le son, les détails de la posture sont également importants.

Lorsque vous chantez à voix haute, détendez vous et ouvrez complètement la bouche. Considérez votre corps comme une chambre de résonance creuse en bambou et laissez la vibration du mantra imprégner tout votre être. Au fur et à mesure que vous passerez à la méditation à la fin de la pratique, vous continuerez à ressentir cet effet vibratoire et sa signification infusant tout votre corps – c’est là que réside le véritable pouvoir de cette pratique.

La méditation est un art profond qui commence par maîtriser le champ d’attention grâce à une concentration en un seul point, puis maintient cette concentration pendant une période prolongée. La pratique ici fonctionne avec votre mantra et sa signification. Au fur et à mesure que vous portez votre attention sur ce mantra, sa signification devient plus pleinement absorbée dans votre être, et vous avez le potentiel de transformer radicalement votre humeur, et même votre propre concept de soi.

1. CONSCIENCE DU CORPS

Objectif : Centrer le corps, l’esprit et la respiration.

Comment: Allongé sur le dos, placez vos pieds légèrement plus larges que vos hanches, les bras étendus sur les côtés, les paumes vers le haut. Laissez vos yeux se fermer et entrez dans un état de pleine conscience présente. Remarquez votre état d’esprit, vos pensées, vos sentiments et vos sensations corporelles. Reconnaissez où vous êtes dans le temps et dans l’espace, allongé par terre dans votre maison ou dans un studio de yoga, dans la ville ou la ville où vous vous trouvez.

Développez vous vers l’extérieur et intégrez le pays dans lequel vous vous trouvez ; puis allez plus loin, en concevant la planète Terre, puis la Terre dans un système solaire, la troisième planète à partir du soleil. Imaginez le soleil au centre de notre système solaire, rayonnant de lumière. Et au-delà, notre système solaire, qui se trouve à l’extrémité arrière d’une galaxie spirale appelée la Voie lactée, au centre de laquelle se trouve une lumière inconcevable, brillante et rayonnante.

Prenez un moment pour revenir là où vous êtes réellement. Passer d’un sens de l’immensité de la galaxie au système solaire, à la planète Terre, au pays dans lequel vous vous trouvez en ce moment, à la ville ou à la ville, au bâtiment et à la pièce dans lesquels vous vous trouvez.

Ramenez votre attention sur votre corps. Sentez l’énergie palpiter, la qualité vibratoire de la vitalité dans votre corps. Remarquez vos sentiments et vos pensées. Revenez à un état de pleine conscience présente.

Portez maintenant votre attention sur le bout de votre nez et sentez votre respiration entrer et sortir de votre corps. Approfondissez progressivement votre inspiration et allongez votre expiration. Lorsque vous inspirez, sentez la poitrine se gonfler et le ventre se soulever. Lorsque vous expirez, sentez le ventre revenir vers votre colonne vertébrale.

2. TADAKAMUDRA (DEUX VARIANTES)
Objectif : Coordonner les mouvements des bras et des pieds – asymétriques et symétriques – avec le flux de la respiration.

Comment faire : Allongé sur le dos, inspirez et expirez complètement, bras tendus sur les côtés, paumes vers le bas.

VARIATION ASYMETRIQUE

Sur une inspiration, levez simultanément le bras gauche et fléchissez le pied droit en étendant le talon droit. Lorsque vous expirez, abaissez simultanément votre bras gauche et détendez votre pied droit. Répétez avec le bras droit et le pied gauche. Adaptation de la respiration : augmentez progressivement le nombre d’inspirations et d’expirations de quatre à six. Faites cette variation deux fois de chaque côté, en alternant les combinaisons de bras et de pieds.

VARIATION SYMÉTRIQUE

 

Lors d’une inspiration, levez les deux bras et fléchissez les deux pieds, en passant par vos talons. Lorsque vous expirez, abaissez les deux bras et détendez les deux pieds. Adaptation du souffle : Inspirez et expirez en comptant jusqu’à six. Faites cette variation deux fois de chaque côté, en alternant les côtés. Rappel : Rentrez légèrement le menton pour que la nuque reste longue (mais pas aplatie). Après la dernière répétition, reposez vous pendant un ou deux cycles de respiration.

3. DVIPADA PITHAM (DEUX VARIANTES)

But : Détendre la nuque, le haut et le bas du dos et étirer doucement la zone située entre le ventre et les cuisses.

Comment: Allongez-vous sur le dos, les genoux pliés, les pieds confortablement proches et alignés avec les ischions, les bras étendus sur les côtés, les paumes vers le bas. Inspirez complètement et expirez complètement.

 
VARIANTE CLASSIQUE

Lors d’une inspiration, appuyez sur vos pieds et soulevez votre bassin vers le plafond, en soulevant la colonne vertébrale vertèbre par vertèbre jusqu’à ce que le haut du dos soit légèrement étiré et que le cou soit aplati dans le sol. Vous devriez sentir un étirement dans votre ventre et le devant des cuisses. Sur une expiration, abaissez la colonne vertébrale une vertèbre à la fois jusqu’à ce que le bassin atteigne le sol. Pratiquez cette variation trois fois.

VARIATION DES BRAS ÉTENDUS

Lors d’une inspiration, appuyez sur vos pieds et soulevez votre bassin vers le plafond, tout en levant les deux bras et au-dessus de la tête, en posant le dos des mains sur le sol. Sur une expiration, déroulez la colonne vertébrale et abaissez les bras et le bassin au sol, paumes vers le bas. Répétez trois fois. Après la dernière répétition, reposez vous pendant un ou deux cycles de respiration.

4. URDHVA PRASARITA PADASANA (DEUX VARIANTES)

But : Allonger la colonne vertébrale et étirer le dos et l’arrière des jambes. Détails : Pliez les deux genoux vers votre poitrine, les bras tendus vers le bas sur les côtés, les paumes vers le bas. Inspirez complètement et expirez complètement.

VARIATION ASYMETRIQUE

Lors d’une inspiration, levez simultanément votre bras gauche vers le sol et étendez votre jambe droite vers le plafond, en gardant votre genou gauche plié vers votre poitrine. Fléchissez votre pied droit en étendant le talon. Lorsque vous expirez, abaissez votre bras gauche, pliez le genou droit vers la poitrine et détendez le pied. Répétez avec le bras droit et le pied gauche.

Augmentez progressivement la durée de l’inspiration et de l’expiration d’un nombre de quatre à cinq, deux fois chacun. Répétez quatre fois de chaque côté.

VARIATION SYMÉTRIQUE

Lors d’une inspiration, levez simultanément les deux bras vers le sol, levez les deux jambes et fléchissez les deux pieds en étendant les talons. Lorsque vous expirez, baissez les bras, pliez les genoux vers la poitrine et détendez les pieds. Inspirez et expirez en comptant jusqu’à six. Répétez deux fois. Gardez votre menton légèrement baissé pour que la nuque reste longue. Après la dernière répétition, relâchez la plante des pieds au sol et reposez vous pendant un ou deux cycles de respiration.

5. CHAKRAVAKASANA

But : Pour étirer le dos.

Comment faire : Mettez vous sur vos mains et vos genoux, les genoux directement sous vos hanches et vos mains directement sous vos épaules. Inspirez complètement et expirez complètement.

Inspirez en élargissant votre poitrine et en l’éloignant du ventre, en étirant l’avant de votre torse et en aplatissant votre dos. Soulevez légèrement votre menton.

Expirez en rentrant le ventre, en arrondissant le bas du dos, pliez les coudes et ramenez la poitrine et le ventre vers les cuisses, les hanches vers les talons et le front vers le sol.

Répétez trois fois.

6. VAJRASANA (ADAPTATION)

Objectif : Introduire le chant sur l’expiration avec le mantra, Om jyotir aham, qui se concentre sur les qualités de la lumière, telles que l’éclat, l’illumination, la clarté et la brillance.

Comment faire : Commencez par vous asseoir sur vos talons, puis levez vous sur vos genoux. Inspirez complètement et expirez complètement.

Lors d’une inspiration, levez les bras vers l’avant et au-dessus de la tête, et chantez “Om” mentalement. En expirant, chantez “Om” à haute voix et penchez vous en avant, balayant vos bras derrière votre dos, paumes vers le haut, mains vers le sacrum, la poitrine et le ventre vers les cuisses et le front vers le sol.

Inspirez à nouveau, tout en chantant mentalement “Om”, et écartez vos bras, en vous mettant debout sur vos genoux, les bras tendus au-dessus de votre tête. Expirez en chantant “Om” à haute voix et penchez vous en avant, en balayant vos bras derrière le dos, les paumes vers le haut, les mains vers le sacrum, la poitrine et le ventre vers les cuisses et le front vers le sol. Répétez la séquence six fois.

Modifications : Allongez progressivement l’expiration et ajoutez un autre mot au chant comme suit : Om – deux fois Om jyotir – deux fois Om jyotir aham – deux fois

Après la dernière répétition, restez dans la pose de l’enfant pendant un ou deux tours de respiration, puis asseyez vous sur vos talons et reposez vous.

7. TADASANA

But : Activer davantage le système nerveux sympathique en introduisant des mouvements plus larges en position debout, en retenant le souffle après l’inspiration et en coordonnant le mouvement à l’expiration avec le chant.

Comment faire : Levez-vous et placez vos pieds à distance des hanches. Inspirez complètement et expirez complètement.

À la prochaine inspiration, levez les bras sur les côtés et au-dessus de la tête, tout en soulevant simultanément vos talons du sol et en chantant mentalement “Om”. Retenez votre respiration après l’inspiration et chantez mentalement “Om” à nouveau.

En expirant, chantez “Om” à haute voix, en abaissant simultanément vos bras sur les côtés et vers le bas, et vos talons au sol. Répétez six fois.

Modifications : Allongez progressivement l’inspiration, la rétention et l’expiration, en ajoutant un autre mot au chant comme suit : Om – deux fois Om jyotir – deux fois Om jyotir aham – deux fois Après la dernière répétition, reposez vous en samasthiti pendant un tour ou deux de souffle.

8. VIRABHADRASANA I (ADAPTATION)

Objectif : Introduire des mouvements debout plus larges et coordonner ces mouvements avec des chants et des gestes.

Comment: Avancez votre pied gauche, en gardant les pieds à distance des hanches, le pied arrière légèrement tourné vers la droite.

Inspirez complètement et expirez complètement. Pendant que vous inspirez, soulevez votre poitrine, levez vos bras vers l’avant et au-dessus de la tête, tout en pliant le genou avant et en cambrant le dos.

Ouvrez vos paumes comme si vous cherchiez la source de lumière, en chantant silencieusement « Om jyotir aham ». Retenez votre respiration après l’inspiration et chantez silencieusement “Om jyotir aham” à nouveau.

À l’expiration, chantez “Om jyotir aham” à voix haute en abaissant vos paumes vers le sommet de votre tête, faites lès glisser sur votre front et votre gorge et amenez lès au repos au niveau du cœur, comme si vous attiriez la lumière dans votre cœur. .

Restez en position pendant que vous inspirez et sentez votre cœur se remplir de lumière ; expirez, baissez les bras, tendez la jambe et relâchez la posture. Répétez une deuxième fois. Rapprochez vos pieds et reposez vous pendant un ou deux tours de respiration avant de changer de côté.

Faites la même asana et chantez à nouveau, mais cette fois, posez vos mains sur le nombril au lieu du cœur, comme si vous attiriez la lumière dans votre ventre.

Inspirez une seconde fois en sentant votre ventre se remplir de lumière ; expirez et relâchez la posture. Répétez une deuxième fois, puis reposez vous pendant un ou deux tours de respiration avant de changer de côté. Faites la séquence entière quatre fois de chaque côté, puis rapprochez vos pieds et reposez vous pendant un ou deux tours de respiration.

9. CHAKRAVAKASANA

But : Pour étirer le dos.

Comment faire : Mettez vous sur vos mains et vos genoux, les genoux directement sous vos hanches et vos mains directement sous vos épaules. Inspirez complètement et expirez complètement.

Inspirez en élargissant votre poitrine et en l’éloignant du ventre, en étirant l’avant de votre torse et en aplatissant votre dos. Soulevez légèrement votre menton. Expirez en rentrant le ventre, en arrondissant le bas du dos, pliez les coudes et ramenez la poitrine et le ventre vers les cuisses, les hanches vers les talons et le front vers le sol. Répétez six fois.

PRANAYAMA ET MÉDITATION POUR LA DÉPRESSION
PRANAYAMA

But : Coordonner la régulation de la respiration, le chant et la visualisation.

Comment faire : Asseyez vous en sukhasana, en élevant vos ischions avec une couverture pliée ou un coussin, si nécessaire, ou asseyez vous sur une chaise.

Allongez votre colonne vertébrale et détendez le corps pour permettre à votre concentration de rester sur la respiration. Laissez vos yeux se fermer ou rester légèrement ouverts. Portez maintenant votre attention sur le sommet de votre tête. Inspirez complètement et expirez complètement. Répétez chaque tour pendant six respirations. Après avoir terminé les tours un et deux, respirez normalement, en vous reposant pendant un cycle ou deux de respiration. Et puis continuez au troisième tour.

Round 1

Pendant que vous inspirez, chantez « Om jyotir aham » mentalement, tout en attirant votre attention sur le cœur. Retenez votre souffle après avoir inspiré, en chantant mentalement « Om jyotir aham » à nouveau. Sentez la lumière s’étendre dans votre cœur. Lorsque vous expirez, chantez mentalement “Om jyotir aham” et sentez la lumière émanant de votre cœur alors que votre attention remonte vers la couronne.

Round 2

Pendant que vous inspirez, chantez « Om jyotir aham » mentalement, tout en déplaçant votre attention de la couronne vers le nombril. Retenez votre souffle après avoir inspiré, en chantant mentalement « Om jyotir aham » à nouveau. Sentez la lumière se dilater dans votre ventre. Lorsque vous expirez, chantez mentalement “Om jyotir aham” et sentez la lumière rayonner de votre ventre alors que votre attention remonte vers la couronne.

Round 3

Pendant que vous inspirez, chantez mentalement “Om jyotir aham”, tout en déplaçant votre attention de la couronne à la racine du périnée. Retenez votre souffle après avoir inspiré, en chantant à nouveau mentalement “Om jyotir aham”. Sentez la lumière s’étendre à la racine. Lorsque vous expirez, chantez mentalement “Om jyotir aham” et sentez la lumière rayonner de la racine tandis que votre attention remonte vers la couronne.

MÉDITATION
Après le troisième cycle de pranayama, relâchez votre souffle et entrez dans le calme intérieur. Avec une pleine conscience présente, sentez la lumière rayonner de l’intérieur de vous et tout autour de vous, de votre racine à votre couronne. Sentez-vous comme si vous étiez assis dans un cercle rayonnant et reposez-vous dans cette lumière.

OBTENEZ L’AIDE DONT VOUS AVEZ BESOIN

La dépression va au-delà du sentiment de tristesse, qui est une partie normale et saine pour faire face à ce que la vie vous réserve, y compris la déception et la perte. La tristesse devient pathologique lorsque son niveau d’intensité, de durée ou de fréquence commence à avoir un impact significatif sur votre image de soi et votre capacité à percevoir le monde qui vous entoure (ce que j’appelle la sphère de la pensée) ou limite votre rôle dans la vie et votre capacité à fonctionner ( la sphère comportementale). Bien que le yoga puisse être profondément bénéfique pour les personnes souffrant de dépression, si vos symptômes persistent malgré tous vos efforts, vous devriez demander l’aide d’un professionnel de la santé mentale.